L'initiation chevaleresque dans la Légende Arthurienne

L'initiation chevaleresque dans la Légende Arthurienne

 

La Légende Arthurienne tient une place de choix dans la littérature médiévale et pourrait, à elle seule, donner une image assez exacte de ce que furent les principes de l'Initiation Chevaleresque dans l'histoire de la Tradition occidentale.

La trame de la légende n'a pas l'importance secondaire qu'on lui accorde généralement, mais elle constitue à elle seule un résumé de ce que nous pourrions appeler le Drame cosmogonique, en vertu des correspondances entre les ordres macrocosmique et microcosmique.

L'auteur s'attache à mettre ici en lumière l'extrême cohérence symbolique qui relie entre elles les légendes arthuriennes et ose des rapprochements avec d'autres légendes provenant d'Irlande , des Pays Nordiques, de la Grèce antique et de l'Inde. Son interprétation met en évidence l'aspect intemporel et permanent du mythe, celui qui peut résonner sur les structures profondes de l'Être et devenir véritablement "opératif".

 

 

 

 

 



Editions Dervy-Livres ; Paris, 1980
ISBN 2-85076-134-6
Réédition :
Editions Dervy ; Paris, 1992
ISBN 2-85076-502-3
189 pages ; 17,40 €
Paru en Italie, sous le titre : L’Iniziazione cavalleresca nella leggenda di Re Artù
Edition Opera, 1987 – Edizioni Mediterranee, 2004
Commander ce livre



Sommaire :

I. Introduction à l'étude des légendes et des mythes
II. La Dame et le Graal dans la légende arthurienne
III. L'histoire de Merlin et la jeunesse d'Arthur
IV. L'aventure de Lancelot et la mort d'Arthur
V. Perceval et la « question » du Graal
VI. Les continuations du Perceval et la solution de Péredur
VII. Gauvain et la quête terrestre
VIII. Balaain et Balaan, le coup douloureux
IX. Galaad et la quête célestielle
X. Érec et Énide, la chasse au cerf blanc
XI. Yvain, le Chevalier au Lion
XII. Lancelot, le Chevalier à la Charrette
XIII. Tristan et Yseult
XIV. Kulhwch et Olwen, l'écobuage du Titan
XV. L'Ange et le Titan, la non‑dualité

Sources bibliographiques :

Le Lancelot-Graal, les Mabinogion, la Quête du Graal, les fonds celtiques breton et irlandais ; Chrétien de Troyes, Thomas, Béroul et autres auteurs anonymes.

Article de presse :

Arthur, Merlin, Lancelot, Perceval, Gauvain, Balaain, Galaad, Yvain, Erec, le Chevalier à la Charrette, Tristan et Yseult, toutes ces figures mythiques ont inspiré des légendes qui appartiennent au fonds le plus ancien de la littérature de l'Europe du Nord. Toutefois ce n'est nullement à une étude littéraire que l'auteur entend nous convier avec cet ouvrage. Eliminant d'entrée de jeu tous préjugés culturels, universitaires ou érudits, refusant toute interprétation philosophique, historique, sociologique ou psychanalytique de ces mythes vénérables, il se propose d'en dégager une signification essentiellement métaphysique. Placée en exergue, une citation suffit à définir son dessein : « Sans ouverture vers la transcendance, l'intelligence humaine serait un luxe aussi inexplicable qu'inutile ». Puisque la poésie est la langue des dieux, sa fonction étant de propager et de conserver le mythe, l'auteur s'attache à montrer qu'il existe à travers chacun d'eux une permanence de l'interprétation sacrificielle. Pour accéder à l'identification suprême, à l'état de sujet total, le héros est nécessairement mené à l'anéantissement de sa propre individualité. Un ouvrage savant, d'une rare et pénétrante subtilité dans l'analyse.

P. Descazaux, Centre National de Documentation Pédagogique